Denise Ouellet

Je suis artiste-peintre autodidacte du mouvement hyperréalisme. Depuis le début des années ’80, je peignais pour mon plaisir personnel jusqu’au jour où je décidai de montrer mes oeuvres dans quelques expositions de groupe où mes toiles furent très appréciées.  Mais ce n’est qu’à partir de 2005 que je me mis réellement à développer ce talent afin d’en faire une occupation agréable pour ma future vie de retraitée.

Dans la plupart de mes activités, j’apporte mon appareil photo et je capture des scènes qui m’inspirent. Une scène en particulier, la temporalité dans l’instantanéité d’un moment me frappe et me donne envie d’en faire un tableau. J’entre en communion avec le moment du sublime, de la beauté et c’est un défi pour moi de faire revivre sur une toile ce que mon œil a capté. Et dans mon oeuvre, j’essaie de faire ressortir toute la beauté de ce que j’ai vu tout en tentant d’y introduire tous les sentiments et les émotions qui m’animaient à ce moment-là. Je ne reproduis pas la photo mais plutôt la beauté qui est dans la scène dans sa forme la plus pure, la plus authentique, la plus réelle. L’exactitude et la minutie sont importants pour moi afin que ce que je représente sur le tableau soit une reproduction la plus exacte possible de la beauté de la nature dans sa magnificence.

Mon plus grand désir est de faire ressentir par ceux qui regardent mes tableaux toute l’émotion qui m’a envahie lorsque j’ai vu une scène pour la première fois et qui ne m’a pas quittée tant et aussi longtemps que je ne l’ai pas reproduite sur une toile. Je peins la lumière, je peins les reflets, je peins la beauté, je peins la liberté, je peins le moment sublime que mon œil a capté. Bien sûr, j’utilise mes photos d’oiseau comme guide car le réalisme est important dans mon œuvre, mais j’interprète le décor à ma façon et j’essaie de démontrer le mouvement, l’activité, une scène de vie de l’animal en action.

Lorsque le tableau est terminé, tout comme le visiteur, je l’observe, le regarde, le scrute, critique et essaie de faire un avec la scène…. Je dois ressentir, vivre et aimer ce qui est représenté et c’est à ce moment-là et uniquement à ce moment-là que je partage ma création.

Je suis membre de l’AAPPARS -Association des artistes-peintres affiliés de la Rive-Sud.

Membre du Musée des Beaux-Arts de Mont-Saint-Hilaire

Membre aussi de Culture Montérégie

Je participe à plusieurs Symposiums à travers le pays.